Les dossiers suivants Revenir à la page principale
ASCO 2006 dossiers 21-30/48 des tumeurs de cerveau et du SNC

21ème dossier
21-L'expression de MGMT correspond avec des taux de la réponse et de meilleures survies dans les malades avec Glioblastome inopérable (Glioblastome) traité avec temodal néoadjuvantet (Temodal). M. Barrie 1574
Auteur : Maryline Barrie, N. Eudes, P. Metellus, S. Fuentes, S. Honore, C. Boucard, H. Dufour, D. Figarella-Branger, O. Chinot, La Timone Marseille

Résumé :
La méthylation du promoteur de l'alkyltransferase O6-alkylguanine (MGMT), un gène de réparation de l'ADN, peut rehausser la chimiosensitivité aux agents alkylants. Dans le glioblasome, cette méthylation a correspondu à un avantage de survie aussi que l'avantage d'ajouter le Temodal concomitant et adjuvant à la radiothérapie (RT) (Hegi, NEJM, 2005). Nous examinons le rapport entre l'expression de MGMT et le taux de réponse pour un programme de Temodal intense administré comme traitement néoadjuvant avant donc la radiothérapie RT dans le glioblastome inopérable, comme précédemment présenté (Chinot, ASCO, 2005). Méthodes :
30 malades ont été inclus dans cet essai de phase II qui a testé Temodal 150 mg/m2/jour, 7 jours /14, 8 cycles avant radiothérapie RT. Nous avons analysé rétrospectivement l'expression de MGMT par immunochimie (streptavidin-peroxydase) après recouvrement de l'antigène qui utilise un anticorps anti MGMT (Abcys, 1/100) dans une solution de paraffine formol-arrangée dans laquelle les échantillons de tumeurs sont inclus.
Résultats :
Dans la population éligible (n = 28) la réponse estimé (RR) était de 25%, la maladie stable SD de 32%, la progression de la maladie PD de 43%. La survie progresion libre (PFS) et la survie totale (OS) était respectivement de 3.8 mois et de 5.8 mois. L'expression de MGMT a été analysée chez 25 patients pendant que le prélèvement a été considérée comme inadéquat chez 3 patients à cause du trop peu de matière. Le pourcentage médian des cellules qui ont exprimé MGMT au sein de la tumeur était de 35% et ce point a donc été choisi comme arrêt. L'expression basse de MGMT a été associée considérablement avec un haut taux de réponse RR (55%) alors que tumeur qui a exprimé le plus haut niveau de MGMT a été associée à une réponse faible RR de 9% (chi 2 p=0.004). MGMT a aussi correspondu fortement à la survie progression libre PFS et à l'OS.
Conclusion :
En dépit de nombre limité de malades, notre étude montre fortement la valeur prophétique de l'expression de MGMT pour une réponse objective au Temodal en plus de sa valeur pronostique pour PFS et OS dans le glioblastome. L'expression de MGMT peut aider pour guider des décisions thérapeutiques.

MGMT <35% nombre : 11 réponse : 6 (55%) Maladie stable : 4 (36%) progression :1 (9%) PFS 5,5 mois OS 16 mois
MGMT> 35% nombre : 14 réponse : 1 (7%) Maladie stable : 3 (21%) progression : 10 (71%) PFS 1,9 OS 5 mois
Notre avis : on le savait, il y a un lien entre la réponse et le statut de MGMT mais est-ce une raison pour ne donner le Temodal que si on a MGMT inférieur à 35%, il y a quand même une réponse au dessus, pour l'instant rien n'est décidé. On doit trouver le moyen de réduire MGMT autrement qu'avec O6-BG. Sur la fréquence, sur le dosage c'est la même que les brillants résultats italiens Temodal en 7/14 jours à 150 mg/M2.
22ème dossier
22-Une analyse de temodal adjuvant à la radiothérapie contre la radiothérapie seule. S. Hopkins 1575
Auteurs : S. Hopkins, S. Gertler, G. Nicolas,
Résumé :
C'est la suite d'un essai EORTC 22981/26981 ouvert d'août 2000 à mars 2002 et fermé. A la suite il a été décidé que l'usage adjuvant de Temodal devait devenir le niveau de soin à notre centre pour sa faible toxicité et son activité.
Méthodes :
Une analyse a été exécutée sur tous les patients avec Glioblastome soigné au centre de 1998 à l'été de 2005. 240 patients ont été identifiés à travers plusieurs centres et oncologues. 75 patients ont été traités uniquement par radiothérapie (RAD) après chirurgie, 86 patients ont été traités avec radiothérapie + Temodal après chirurgie, 18 patients avaient seulement la chirurgie et les patients restants étaient non opérables. L'âge moyen était de 59,7 ans pour patients traité seulement avec RAD, et 54,6 années pour ceux traités avec Temodal + radiothérapie. 59% de patients traités avec RAD étaient des Hommes, 62% traité avec RAD + Temodal étaient des Hommes. Le suivi médian était de 11,3 mois pour RAD et de 15.7 mois pour Temodal + RAD. L'analyse de la survie démontre une réduction de 56% du risque de mort pour les patients traités avec Temodal + RAD quand on les compare à RAD. La survie médiane était 12,7 mois pour les patients traités avec RAD et 27 mois pour patients traité avec Temodal + RAD.
Conclusion :
Temodal + RAD a augmenté la survie totale par 14.3 mois dans notre centre comparé à la radiothérapie seule.

Résultats RAD et RAD + Temodal p valeur
RAD : âge 59,7 ± 10.8 ans, sexe M/F : 44/31 (59%), OS 12,7 mois
RAD + Temodal : âge 54.6 ± 12.7 ans Sexe M/F : 54/32 (62%), OS : 27,9 mois
Notre avis : Un OS de 27,9 mois avec Temodal et radiothérapie c'est du jamais vu, le Dr Stupp avec l'essai EORTC n'a pas les mêmes chiffres. Mais comment peut-on déterminer une survie de 27,9 mois quand on ne suit le patient que 15,7 mois, il doit y avoir des erreurs.
23ème dossier
23-Phase II de ON 01910.Na, un agent anticancereux sélectif actuellement en phase I. C. S. Gondi 1576
Auteurs : C. S. Gondi, N. Kandhukuri, N. Yanamandra, M. Reddy, E. Reddy, J. S. Rao,
Résumé :
En dépit des progrès considérables dans les modalités de traitement sur les tumeurs du cerveau (chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie), les récidives continuent à être une raison importante de l'échec du traitement. Depuis que des chemins régulateurs multiples ont été constatés défectueux dans les cellules tumorales, les approches nouvelles doivent s'attaquer à plus d'un mécanisme impliqué dans le processus de néoplasie. Une approche est de combiner efficacement des agents antitumoraux avec des agents anti-angiogénique. Le laboratoire Onconova Thérapeutic a développé des agents qui avaient ce profil. L'agent ON 01910.Na, est un produit injectable qui subit actuellement une phase I dans plusieurs centre et qui est un inhibiteur fort de la progression mitotique. Il bloque les cellules du cancer dans la mitose en épuisant les cellules du composant CDC25c et induit efficacement l'apoptose dans les cellules irréversiblement bloquées en mitose.
Méthodes :
Ici, nous avons évalué in vitro l'invasion, l'angiogenèse, et la tumorigenicité des cellules de Glioblastome ainsi qu'in vivo après traitement avec ON 01910.Na.
Résultats :
Les cellules de tumeur SNB19 traitées avec ON 01910.Na ont été inhibées considérablement dans la migration, l'invasion, et l'angiogenesis dans les modèles in vitro comparés au groupe témoin. Après traitement avec ON 01910.Na, les cellules SNB19 ont montré des niveaux diminués de MMPs, de pAKT et de kinase PI3 kinase comparé aux groupe témoin. Des niveaux considérablement élevés de PARP, de caspase 3 et de caspase 9 ont aussi été montrés. De plus, il y avait retour en arrière complet de l''augmentation de la tumeur intracranienne préétablie et une angiogenèse dans les modèles in vivo. L'effet était plus considérable par rapport à l'invasion, l'angiogenèse et l'augmentation de la tumeur comparé aux autres drogues tel que BCNU et Gleevec. La toxicologie de ON 01910.Na administré systémiquement ou directement dans le cerveau, a démontré la sureté et la tolérabilité de cet agent dans les modèles animaux et dans la phase I progressive en cours qui indiquent que l'agent est bien toléré à des niveaux de dose qui produisent pharmacologiquement une concentration pertinente du médicament dans la circulation. Conclusions : Ces études valident une utilité potentielle de ce composé comme un agent thérapeutique nouveau pour le Glioblastome humain.
Notre avis : pas mal ce petit poduit, on verra la phase II qui va commencer bientôt.
24ème dossier
24-Étude de survie de RTA 744 en combinaison avec Temodal dans un modèle orthoptique de gliome. C. A. Conrad 1577
Auteurs : C. A. Conrad, C. Meyer, T. Madden, W. Priebe, F. F. Lang,
Résumé :
Le traitement des gliomes de haut grade représente un besoin médical considérable, pour une grande part parce qu'il y a peu d'agents qui traversent la barrière sang-cerveau (BBB). RTA 744 (Reata Pharmaceutical Dallas, benzyldoxorubicin hydrochloride) est un inhibiteur puissant de l'enzyme de réparation, la topoisomerase dérivé d'anthracycline qui a prouvé sa capacité à circonvenir P-gp et MRP et à traverser la barrière sang-cerveau. Pour répartir l'efficacité de l'agent dans les gliomes, RTA 744 a été testé seul ou en combinaison avec temodal dans un modele de xenogreffe intracranienne de Glioblastome. Il a été supposé qu'un inhibiteur de la réparation ADN tel que RTA 744 rehausserait les effets du temodal. In vitro la les essais ont confirmé cette hypothèse et celles menées in vivo teste actuellement cette combinaison nouvelle.
Méthodes :
Les cellules de glioblastome U87MG ont été implantées dans les ganglions fondamentaux droits des souris nudes par un système implantable à vis. Dans toutes les études, les groupes les groupes étaient composés de 5 ou 6 souris qui ont reçu le PBS, le temodal, le RTA 744, ou la combinaison de RTA 744 et temodal. PBS et temodal ont été donnés sur un programme de 5 jours, et plusieurs programmes ont été testés pour RTA 744. L'endpoint fondamental dans ces études était la survie.
Résultats :
Dans l'étude de agent RTA seul, au jour 33, les 5 animaux du groupe contrôle étaient morts comparé avec ceux du groupe RTA 744. La survie médiane pour les animaux du groupe contrôle était de 28 jours contre 37 pour RTA. Sur les animaux traités avec Temodal, la survie médiane était de 30 jours pour le groupe contrôle, 40 jours pour temodal seul et de 48 jours pour la combinaison Temodal-RTA 744. Un animal dans le groupe de combinaison RTA-Temodal a survécu 78 jour alors qu'aucun animal du groupe contrôle ou Temodal n'a dépassé respectivement 32 et 45 jours.
Conclusions :
RTA 744 a une activité en agent seul démontrée dans un modèle animal rigoureux de Glioblastome. La combinaison de RTA 744 et de temodal a produit une survie améliorée par rapport au groupe controle. Ces données sont testées sur la Phase I en cours avec RTA 744 seul chez les malades avec des des tumeurs cérébrales et des prochains essais qui testeront la combinaison de RTA 744 et de temodal.
Notre avis : il y a un petit quelque chose. J'aime bien le rapporteur qui cite qu'il s'agit d'un essai sérieux, les essais sur les souris nudes avec des groupes de 5 souris sont courants en France, il faut des souris..., beaucoup mais ce n'est pas ce qui manque.
25ème dossier
25-Amélioration de la survie par chimiothérapie systémique chez des patients avec glioblastome traité avec deux cours de radiothérapie. C. Nieder 1578
Auteurs : C. Nieder, A. L. Grosu, S. Astner, N. Andratschke, Poules M.,
Résumé :
Nous avons évalué la valeur ajoutée de la chimiothérapie systémique (CTx) chez les malades adultes avec Glioblastome supratentoriel sélectionné pour recevoir un re-traitement local administré comme un 2e cycle de radiothérapie, RTx).
Méthodes :
La comparaison rétrospective de deux cohortes de patients traités par la suite pendant des périodes de temps différentes. Tous les malades un Glioblastome histologiquement confirmé. L'intervalle de la récidive minimum était de 4 mois. La première cohorte de 26 patienst avait résection chirurgicale et radiothérapie externe postopératoire RTx, suivi d'un deuxième cycle de radiothérapie externe RTx à la récidive pour une dose cumulative médiane de 102 Gy. Aucun de ces malades n'a jamais reçu CTx pendant le cours entier de maladie. La 2ème cohorte de 19 patients récemment traitée (après 1999) avaient aussi eu une résection chirurgicale et 2 cycles de radiothérapie externe RTx mais à dose cumulée de 90 Gy. Après le traitement local fondamental, 9 de ces malades avaient une chimiothérapie adjuvante de nitrosourée CTx. À la récidive, tous les 19 malades ont reçu temodal 150-200 mg/m2/jour 5/28 jours en plus de la radiothérapie.
Résultats :
La cohorte sans CTx avait des caractéristiques moins favorables, à cause de leur KPS médian de 70 à la récidive considérablement inférieur au début (70 contre 90) et un intervalle plus court entre le diagnostic fondamental et la récidive (12 mois contre 16 mois). Cependant, ces malades étaient plus jeune (âge médian de 44 ans contre 50 ans). Le pourcentage de malades avec Glioblastome secondaire était le même dans les 2 groupes (21 contre 23%. la survie Médiane après ré-irradiation était considérablement meilleure dans le groupe RTx plus CTx 9mois contre 5 mois. Le pronostic a été considérablement amélioré par la chimiothérapie concomitante à la radiothérapie CTx. De façon importante, il y avait aussi un avantage quand la survie totale par rapport au premier diagnostic a été évaluée, OS médian de 24 mois contre 19 mois.
Conclusion :
Les données courantes suggèrent que la ré-irradiation plus temodal est meilleure que la ré-irradiation seule. Cette chimiothérapie à prorogé la survie totale au premier diagnostic de 5 mois.
Notre avis : nous ne le répèterons jamais assez, il est démontré que radiothérapie et chimiothérapie concomitante de Temodal est le meilleur traitement, à commencer de suite, sur tumeur retirée ou non. J'ignorais qu'on pouvait irradier 2 fois au total 102 Gy, je croyais que 60 était le maximum.
26ème dossier
26-Phase I d'Imatinib, Hydroxyurée et de RAD001 pour patients avec gliome malin. D. Reardon 1580
Auteurs : D. Reardon, J. A. Quinn, J. N. Rich, J. J. Vredenburgh, A. Desjardins, S. Sathornsumetee, S. Gururangan, M. J. Egorin, A. Salvado, H. S. Friedman,,
Résumé :
Cette étude essaie d'étendre l'activité anti gliome activité du mesylate d'Imatinib (Glivec) plus hydroxyurée (H), en ajoutant RAD001 (R), un inhibiteur oral de mTOR, un médiateur intracellulaire critique de transduction du signal et du métabolisme.
Méthodes :
Nous employons un dessin 3 patients par 3 patients d'escalade de dose pour déterminer le maximum toléré la dose (MTD) et la toxicité dose-limitante (DLT) d'IM + H + R administré en quotidien chez les adultes avec gliome malin avec moins de 3 récidives, un KPS> 60 et des fonctions normales. Les malades sont stratifiés en deux groupes, ceux avec antiépileptiques (EIAC), et ceux qui n'en prennent pas. Le dosage initial pour chaque groupe est le même : IM - 400 mg/jour; H 500 mg ; R - 2.5 mg/jour. Chaque cycle est de 28 jours. La réponse est évaluée avant chaque cycle.
Résultats :
22 patients avec Glioblastome ont été inclus. L'âge médian est de 53 ans (37 à 75), 41% sont des Hommes, et 45% prennent des antiépileptiques EIAC. 2 DLTs (niveau 4 d'hypercholestérolémie et de thrombocytopénie) se sont produits chez 5 malades à la dose niveau un (groupe non-EIAC). Aucun autre DLT ne s'est produit. Le schéma de l'escalade de dose a été modifié pour inclure un jour alternatif d'examen. Qu'IM PK soit précédemment logique avec ceux rapportés pour les malades sur IM et HU. La liquidation d'IM au jour 1 était de 492 ± 247 ml/min dans le groupe antiépileptique EIAC et 231 ± 100 ml/min dans le groupe non-EIAC. Au jour 28, la liquidation IM a été diminuée dans les deux groupes à 243 ± 93 ml/min dans le groupe antiépileptiques EIAC et à 116 ± 47 ml/min dans l'autre groupe non-EIAC). 9 malades continuent l'essai et a déjà reçu de 2 à 8 cycles de thérapie. 4 réponses partielles ont été observées et l'essai est toujours ouvert.
Conclusions :
Une mise à jour des résultats, de la toxicité et des analyses pharmacocinetiques seront présentées lorsque l'essai sera plus avancé.
Notre avis : Glivec et hydroxiurée, c'est le menu de la cantine au Duke, HS Fiedman y croit, on veut bien le croire.
27ème dossier
27-Phase I d'infusion continue de Gemcitabine comme radiosenbilisateur pour le glioblastome nouvellement diagnostiqué C. M. Carapella 1581
Auteurs : C. M. Carapella, A. M. Mirri, A. Felici, A. Vidiri, A. Pace, M. A. Carosi, E. M. Occhipinti, G. Arcangeli, F. Cognetti, A. Fabi,
Résumé :
L'usage de médicaments cytotoxiques concourant avec la radiothérapie RT est une approche prometteuse dans le traitement combiné ded gliomes malins. La Gemcitabine (dFdCyd) est un médicament exploré pour son activité radiosensibilisatrice potentielle dans différentes tumeurs. L'étude présente consiste à évaluer la toxicité dose-limitante (DLT) et le maximum de dose toléré (MTD) hebdomadaire dl'infusion de dFdCyd, administrée en combinaison avec la radiothérapie RT en traitement de première ligne, chez des patients adulte avec Glioblastome supratentoriel.
Méthodes :
6 semaines après la chirurgie, avec la présence de maladie résiduelle mesurable et un KPS >70, les patients ont été traités avec une radiothérapie RT à la dose de 2 Gy/jour, 5 jours par semaine (dose globale 60 Gy). De 24 à 72 heures avant la première radiothérapie RT, et après une fois chaque semaine, les patients ont reçu dFdCyd concourant, à dose fixe de 10 mg/m2/minute, sur une période totale de 6 semaines. La dose de dFdCyd a commencé à 200 mg/m2/semaine (niveau 1), et augmenté par pas de 25 mg/m2/semaine basé sur la toxicité.
Résultats :
10 patients ont été inscrits dans l'étude, 6 Hommes, âge médian de 55,2 ans (44-75), avec un KPS médian au départ de 85. Le temps médian entre le diagnostic et le début du traitement était de 6 semaines (4-7). La durée de la radiothérapie RT médiane était de 6 semaines (4-7), tout les patients ont reçu CT concomitant. 4 patients sont entrés au niveau 1, 1 patient a été exclu de l'étude, dû à maladie progressive rapide pendant le traitement. 3 patients précieux ont présenté une détérioration neurologique pertinente et la dose de dFdCyd a été réduite à 175 mg/m2/semaine. 6 patients ont commencé au niveau 1 modifié de 175mg/m2/semaine et aucun d'eux n'a rapporté de DLT. Aucune toxicité hématologique de niveau 3-4 n'a été rapportée. 3 toxicité non-hématologique ont été observée chez 1 patient (augmentation des transaminases. Après une suite médiane de 13.4 mois (gamme 3-24), la survie progression-libre médiane était de 8 mois , et la survie totale médiane était de 14 mois (12-17). Conclusions :
La dose recommandée d'infusion prolongée de dFdCyd concomitant avec RT est de 175 mg/m2/semaine est. L'activité observée a été considérée intéressante pour commencer une phase II et étudier l'activité de CT-RT concourant comme traitement de première ligne dans le Glioblastome.
Notre avis : pas évident de détroner le Temodal+radiothérapie dont les résultats sont un peu meilleurs.
28ème dossier
28-La famille des récepteurs ERB dimerisés dans les glioblastome, une analyse de 23 cas. M. R. Hameed 1582
Auteurs : M. R. Hameed, Partageur L., E. Cho, S. Aisner, L. Cao, Y. Tan, A. Mukherjee, A. Chenna, S. Singh, C. Petropoulos,,
Résumé :
Le Glioblastome est la tumeur astrocytaire la plus agressive et représente approximativement de 50 à 60% de tous les néoplasmes astrocytaires. En dépit de la radiothérapie intensive et de la chimiothérapie, moins de 2% des malades survivent pas plus de 3 ans. La famille Erb (EGFR) comprend des récepteurs transmembranaires avec activité kinase intrinsèque (sauf ErbB3) qui lorsqu'il est stimulé entraine une cascade d'activation de cellules en aval. Sous certaines conditions physiologiques une variété de ligands réagit avec lui et réciproquement et agit comme forces motrices dans la formation d'un complexe hétérodimère entre les quatre récepteurs qui dirige et signaler l'amplification en aval. Dans les Glioblastome on trouve une amplification du gène du récepteur du facteur de croissance épidermique (EGFR) mais il peut être ou réarrangé dans sa forme. Les e-Tag sont un système (Monogramme) basé sur un anticorps fluorescent qui a la possibilité de se répartir selon l'état d'activation d'EGFR.
Méthodes :
23 cas de Glioblastome ont été sélectionnés pour l'analyse avec e-Tag. 12 Hommes et 11 Femmes entre 20 et 84 ans. Après avoir examiné l'histologie, des sections de tumeur de 10 microns ont été baignées dans du formol et mélangées avec de la a paraffine (FFPE). L'anticorps monoclonal spécifique de la famille Erb a été appliqué aux sections de tissu. Un 2ème anticorps monoclonal a été appliqué comme une sorte de ciseau moléculaire. Les molécules d'eTag ainsi obtenues sont séparées par electrophorèse capillaire et mesuré comme des unités fluorescentes relatives. Plusieurs tumeurs FFPE ont été utilisées comme contrôles.
Résultats :
19 échantillonssur les 23 (82%) a montré la présence de dimères de la famille Erb. Des niveaux élevés d'homodimères EGFR intra ou extra cellulaire a été détecté dans 8 échantillons (35%). 3 dimères EGFR et 2 dimères EGFR ont été observés à hauts niveaux dans 4 et 6 échantillons (17% et 26% respectivement). De hauts niveaux 2 dimères HER3 ont été détectés dans 6 échantillons (26%).
Conclusion :
L'EGFR qui signale le chemin joue un rôle substantiel dans tumorigenèse des Glioblastome. L'identification des hétérodimères peut être d'importance pour le traitement de malades individuels.
Notre avis : la piste EGFR est une piste bien difficile à comprendre
29ème dossier
29-Phase II d'Imatinib et Hydroxyurée dans le glioblastome stable prétraité (Glioblastome). G. Dresemann 1583
Auteurs : G. Dresemann, C. Hosius, Z. Nikolova, L. Letvak,
Résumé :
Le Glioblastome est une tumeur hautement maligne avec une survie médiane de moins de 15 mois. La dérégulation du récepteur du facteur de croissance plaquette-dérivé (PDGF-Rs) est impliqué dans le développement de la maladie. Imatinib (Glivec) et Hydroxyurée (HU) sont efficace chez les malades avec Glioblastome en progression. Dans une série pilote de 30 patients avec progression de Glioblastome, la progression survie libre (PFS) à 6 et 24 mois était respectivement de 32% et de 16%. 37% de patients ont accompli la stabilisation de la maladie (SD). En dépit du cours agressif du Glioblastome, on constate des périodes courtes sans progression après traitement fondamental ou traitement de récidive. La Phase II est conçue pour analyser l'efficacité du traitement HU dans les patients Glioblastome avec SD comme traitement séquentiel.
Méthodes :
De décembre 2003 jusqu'à juin 2005 30 patients ont été inclus. Aucun médicament antiépileptique n'était permis. Des doses de 600 mg d'IM et de 1000 mg de HU ont été données comme traitement journalier continu, le suivi est assuré toutes les semaines avec IRM toutes les 6 semaines. L'endpoint fondamental est le PFS-12 mois.
Résultats :
Tous les patients sont éligibles pour la sécurité et 28 patients pour la PFS- 6 mois et la survie totale de 6 mois (OS) si loin. 25 patients étaient des Femmes, 5 patients virils l'âge féminin, médian était de 44 ans (32 à 71). Tous les 30 patients avaient reçu une radiothérapie antérieure, 21 patients avaient reçu Temodal et 9 patients non. 8 patients étaient libres de récidive, 17 patients après 1ère récidive et 5 patients en 2ème récidive. 25 patients ont eu la maladie mesurable par IRM, 5 patients n'avaient aucune évidence de maladie. La médiane de survie était de 14 mois. La meilleure réponse était la réponse partielle chez 4 patients. 20 patients SD pour plus de 3 mois. PFS-6 mois de 64% (18/28) et OS-6 mois de 93% (26/28). Des hématotoxicité de niveau 2 et 3 se sont produits chez 11 des 30 patients (anémie niveau 3, 2 patient; anémie niveau 2, 4 patients; leucopénie, thrombopénié, 4 patients) qui a exigé une réduction de la dose de HU chez 8 patients.
Conclusions :
IM (600 mg/d) et HU (1000 mg/d) ont montré une efficacité considérable comme traitement séquentiel. PFS-6 mois et la survie total OS sont prometteurs.
Notre avis : Glivec et hydroxyurée, le traitement chouchou du Dr HS Friedman, bon ésultats et toxicité modérée.
30ème dossier
30-Régime combiné de Temodal et Doxorubicine lyposomiale dans le glioblastome, toxicité et efficacité. U. Bogdahn 11501
Auteurs : U. Bogdahn, T. Jauch, C. Beier, D. Beier, S. Gänßbauer, M. Glas, H. Koch, C. Wismeth, A. Steinbrecher, P. Hau,,
Résumé :
Le Temodal a récemment montré une efficacité prometteuse dans un procès EORTC en première ligne sur les Glioblastome (Stupp R, 2005). La doxorubicine liposomiale péguilée (Caelyx, PEG-DOX) a été évaluée dans les malades avec gliome de haut grade et a montré un taux de la réponse total de 40% (Hau P, 2002). Par conséquent, une combinaison des deux agents paraît prometteuse.
Méthodes :
Temodal a été donné oralement 75 mg/m2 journalier pendant radiothérapie standard (initiation) et 150-200 mg/m2 jours 1-5 dans 28 jours qui commencent 4 semaines après radiothérapie (maintainance). PEG-DOX a été donné une fois comme une infusion en temps court dans un régime de dose-escalade avant radiothérapie et les jours 1 et 15 avec début 4 semaines après radiothérapie. PEG-DOX est été augmenté par 5 mg/m2 en groupes de 3 malades qui commencent avec 5 mg/m2 (groupe 1) et une plus haute dose de 20 mg/m2 (groupe 4).
Résultats :
Dans la partie de l'escalade de dose de cette étude, le régime détaillé au-dessus était faisable, tolérable, et capable d'induire des réponses objectives et des stabilisations dans les malades avec Glioblastome. Dans le premier groupe du traitement (5 mg/m2 de Peg-Dox), Dans le groupe 1, 1 patient sur les 7 avait une dose qui limite la toxicité (DLT). Dans les 2ème, 3ème et 4ème groupe, aucun DLT. Sur 18 malades, 1 réponse partielle sur IRM, et 12 maladies stables 4 semaines après la fin de la radiothérapie. Seulement 5 malades ont progressé avant les 4 semaines. 12 malades ont répondu avec une survie progression libre de 13 à 76 semaines. Un malade est encore en survie progression libre après 120 semaines de traitement.
Conclusion :
Comme aucun DLT n'a été observé dans le groupe 4 à plus fort dosage, le MTD n'a pas été atteint et nous continuons l'essai avec PEG-DOX avec ce départ de 20 mg/m2. 17 autres malades sont inclus. Les résultats seront comparés à l'étude publiée EORTC 26981/22981 (Stupp R et al., 2005) lequel a mis un nouveau traitement en première ligne contre les Glioblastome avec une survie totale supérieure à 14 mois et et une survie totale à 2 ans de 26%.
Notre avis : difficile de battre Temodal et radiothérapie concomitante, c'est la référence.



Les dossiers suivants

Retour à la page générale