01/09/2018
GFME, journal n° 8
Accueil
Suite

Bulletin n° 8-Journal de l'association GFME- mars/mai 2006

GFME

Glioblastome Association Michèle Esnault (GFME) Bât A, boîte 4, 22 bd Camille Flammarion 13001 Marseille

Voir le n° 7 précédent

Voir le numéro 9 suivant

Recevoir gratuitement par courrier le bulletin à domicile

Michèle Esnault la fondatrice
GFME, Glioblastoma Fundation Michèle Esnault, a aujourd’hui 5 ans. Déclarée à la préfecture des Bouches-du-Rhône le 30/1 sous le numéro 266, elle est publiée au journal officiel du 17/2/2001. L’objet de l’association est de traduire sur Internet les avancées scientifiques des traitements sur les tumeurs de cerveau, de fournir une aide aux patients qui en sont victimes, de récompenser les recherches prometteuses. 5 ans se sont écoulés depuis et nous avons respecté nos missions, informé, aidé les patients et leurs familles. Nous n’avons pas encore étendu notre champ d’action aux autres tumeurs que les tumeurs gliales qui restent les plus nombreuses et les plus difficiles à soigner, nous n’avons pas récompensé parce que nous n’avons pas trouvé une recherche prometteuse mais cela viendra sûrement. GFME c’est 131 adhérents à l’association, 222 adhérents sur les listes de discussion et un site Internet visité par plus de 300 visiteurs chaque jour, 10.000 par mois.

Un site Internet fréquenté
Incontournable, le site de GFME est la façade de l’association car nous n’avons pas de locaux. Le site est bien référencé dans le moteur de recherche Google et arrive en tête ou en 2 ème ou 3 ème position de ce moteur de recherche pour une multitude de mots ayant un lien avec les tumeurs cérébrales, glioblastome, médulloblastome…C’est un site très visité et le nombre de visites journalière ne cesse de croître, passant d’une moyenne journalière de 300 visiteurs à 500 en février et mars. Sur le mois de février 2006 il y a eu 14.911 visiteurs, soit une moyenne journalière de 532 visiteurs, tout au long de 2005, il y avait en moyenne 10.000 visiteurs chaque mois qui visitaient en moyenne 6 pages. Les dernières recherches mondiales que nous mettons sur Internet sont connues et référencées par Google dès le lendemain de la mise en ligne sur Internet.

Des mailing listes actives
GFME gère aussi 2 mailing liste de convivialité et de soutien aux famille, la 1 ère gfme a 167 adhérents, envoyé 5407 messages et la seconde, astrocytome-gfme avec 55 adhérents a envoyé 316 messages mais la création est plus récente, 2005.

Où va l’argent ?
GFME reçoit de l’argent de 3 façons, les adhésions de 15 euros, les renouvellements de 7,50 euros et des dons de généreux donateurs qui nous font confiance. L’argent est conservé sur le CCP 15.349.73N Marseille de l’association, et comptabilise à ce jour un crédit de 2684 euros. Chaque année GFME fait un don de 200 euros au Téléthon. GFME a versé il y a 1 mois 300 euros à l’ARTC, association pour la recherche sur les tumeurs cérébrales. GFME renvoie sur l’ARTC les dons remis pour la recherche à l’occasion d’évènements particuliers. Le bilan est établi chaque année fin mai, adressé par courrier aux membres, soumis au vote et est ensuite publié sur le site Internet de l’association

L’assemblée annuelle en mai
Elle a lieu chaque année fin mai, les adhérents reçoivent à domicile le compte rendu moral et financier de l’année écoulée, compte rendu qui doit être approuvé par un vote. Chacun participe au vote par courrier ou Internet. Les résultats sont envoyés par courrier à chaque adhérent.

La marche des maladies rares
GFME est encadrée par Orphanet-Maladies-rares et participe à leur assemblée annuelle à l’invitation de Groupama. GFME participe à la marche des maladies rares dans le cadre du Téléthon. Chacun peut y participer au nom de GFME.

Des partenaires prestigieux
GFME est la plus importante association française de tumeurs cérébrales avec l’ARTC. Nous avons un partenariat avec les plus grandes associations étrangères, américaine, anglaise, allemande, nous publions généralement les mêmes articles, nous les traduisons en français, articles qui sont consultés par tous les francophones, en Belgique, au Canada, en Suisse, dans les départements d’outre-Mer, dans beaucoup de pays du Maghreb et en Afrique centrale.

Le Temodal basse dose continu
Le Temodal 5 jours sur 28 est devenu le traitement de référence sur les glioblastomes, astrocytomes et oligodendrogliomes bas grade ou anaplasiques, et le plus souvent en 1 ère intention associé à la radiothérapie où il est donné à basse dose continue 75mg/m2 pendant les 48 jours des 30 séances de radiothérapie, et si possible une heure avant la radiothérapie. Mais le Temodal ne marche pas chez tous les patients, ceux qui ont des gènes de résistance à ce traitement. On a alors pensé que le Temodal basse dose continu pouvait lutter contre la chimiorésistance, par épuisement d’AGAT, et on a commencé cycles à basse dose 3 semaines oui et 1 semaine non ou 1 semaine oui et une semaine non. Une étude italienne a démontré que ce dosage n’avait pas l’effet décrit et était particulièrement dangereux car il développe des lymphopénies et des risques d’infection plus élevés. Le Temodal en dehors du protocole 5 jours sur 28 est à éviter, sauf pendant la radiothérapie.

Avastin et CPT-11
Un petit groupe de patients en échec du Temodal tirent un bénéfice certain de ce duo très prisé des américains notamment au Duke le meilleur centre mondial. Avastin est un anticorps qui se fixe sur les récepteurs de la croissance vasculaire FLt1 et KDD, et inhibe la formation des micro-vaisseaux qui nourrissent la tumeur. Il est injecté en intraveineuse tous les 15 jours. CPT-11-Iritonecan, est une chimiothérapie, un antitopoisomérase de type I au mode d’action différent du Temodal qui avec le BICNU ou le CCNU sont des alkylants. On cherche aujourd’hui à connaître le profil génétique des répondeurs. Les résultats sont attendus. Les effets secondaires d’Avastin, c’est l’hypertension et rarement une leucoencéphalopathie.

Temsirolimus

Temsirolimus-CCI 779 est un inhibiteur de la cible rapamycin (mTOR) , cible rationnelle sur les glioblastomes. Pour évaluer l'effet de Temsirolimus sur les patients avec glioblastome, les chercheurs ont traité 65 malades avec 250 mg de Temsirolimus par semaine. 26 malades (36%) avait une réduction de leur tumeur après traitement, et les malades qui ont répondu à ce traitement ont survécu plus longtemps que les malades sans réponse. Les effets secondaires sévères du traitement étaient la baisse des plaquettes, le cholestérol, la glycémie, la rougeur, et la fatigue. Si les chercheurs concluent que d'avantage d'essais est nécessaire, ils notent que le Temsirolimus peut obtenir des résultats dans quelques sous-groupes de malades avec glioblastome.
On le teste en ce moment avec Tarceva-Erlotinib.


Les aides aux patients
Le glioblastome est une maladie grave qui entraîne rapidement la dépendance et le besoin d’un tiers pour effectuer les actes de la vie courante. Cette dépendance donne droit à des prestations qui pour les plus de 60 ans sont à demander auprès du Conseil général de son département. Avant 60 ans les aides sont à demander auprès des employeurs, des caisses de sécurité sociale ou des mutuelles. Une assistante sociale se déplacera à domicile pour examiner la dépendance.

L2G7 l’espoir
Retenez bien ce sigle, saisissez le dans un moteur de recherche, c’est le nouvel espoir sur les glioblastomes. Du jamais vu à ce jour dans des essais précliniques. C’est un anticorps monoclonal, un Mab, fusion d’un lymphocyte B et d’une cellule tumorale. Il vise un facteur de croissance indispensable au développement de la cellule tumorale. Les essais cliniques sont prévus début 2007. On en reparlera avant.

Lévétiracetam ou Keppra antiépileptique spécial tumeur

Des crises d’épilepsie sont observées chez 50% des patients avec tumeur de cerveau. Les antiépileptiques sont souvent inadéquats en raison des récepteurs glutaminergiques NMDA endommagés ou altérés. Lévétiracetam (LEV) ou Keppra est un nouvel antiépileptique AMM de 2001 avec un mécanisme d’action différent des autres, la réduction de Ca(++). Avec ce mode d’action, Lévétiracetam est spécifique pour contrôler l’épilepsie induite par la tumeur. Sur 41 patients dont 7 avec métastases, LEV a été donné en monothérapie à 8 et en bithérapie aux 33 autres. Avec une dose moyenne de1500 mg/jour la fréquence moyenne du groupe qui était d’une crise par semaine avant le traitement a été ramené à zéro. On considère que la réduction a été de 90%. Effet secondaire de somnolence toutefois.

Tumeurs cérébrales et pesticides
Une étude parue dans le monde du 23 mars 2006 effectuée en Gironde entre 1999 et 2001 auprès de 221 personnes atteintes de tumeurs cérébrales comparées à 442 témoins de même âge, même sexe, montrent que les agriculteurs et viticulteurs professionnellement exposés aux pesticides ont 2,16 fois plus de risque de développer une tumeur cérébrale. Cette fréquence se retrouve chez les jardiniers qui utilisent aussi des pesticides. L’étude porte cependant sur un échantillon trop limité en nombre et en géographie pour être significatif. Il y aurait donc un rapport…

CPT 11 liposomial miraculeux

Des chercheurs d’UCSF de Los Angeles ont réussi a stabiliser des molécules de CPT 11-Iritonecan dans des nanoparticules liposomiales. Des essais sur la survie ont montré une survie 3 fois plus grande chez les souris recevant le CPT 11 liposomial par convection rehaussée que ceux recevant le CPT 11 de façon traditionnelle en intraveineuse. La survie moyenne a été de 83 jours avec le CPT 11 liposomial contre 28 jours avec le CPT 11 traditionnel. Les concentrations de produit dans la tumeur sont 1.636 fois supérieure avec la forme liposomiale qu’avec la forme traditionnelle et le produit reste 4 fois plus longtemps dans la tumeur. On attend avec impatience les essais cliniques sur l’homme.

Temodal et Gleevec

C’est le couple tendance, on en pense beaucoup de bien.

La voie Akt, Enzastaurin
La voie Akt est une cascade de protéines à l’intérieur de la cellule qui contrôle la prolifération cellulaire, la migration et l’apoptose. Enzastaurin, une nouvelle molécule qui s’attaque à cette voie est en essai clinique phase III contre CCNU, résultats attendus, ils étaient prometteurs en précliniques.

Oligodendrogliome PVC et radiothérapie simultanée

Sur les oligodendrogliomes anaplasiques la radiochimiothérapie concomitante avec PCV n’améliore pas la survie des patients comparée à la radiothérapie seule.

Les nouveaux traitements

Malgré la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie, le pronostic des gliomes malins et surtout celui du glioblastome est très pauvre malgré la recherche et les essais cliniques. Même la radio-chimiothérapie concomitante avec Temodal n’apporte qu’un délai modeste. Désormais on s’oriente de plus en plus vers le franchissement de l’obstacle de la barrière hématoméningée par la livraison de médicaments directement dans la tumeur en utilisant des injections par convection-rehaussée en insérant les molécules de médicament dans des nanoparticules liposomiales. Nul doute qu’avec les nanoparticules liposomiales chargées de chimiothérapie ou autres anticorps nous allons obtenir des prolongations de survie très significatives.

Les Nouveaux traitements

Inhibiteur d’EGF : Iressa-Gefitinib, Tarceva-Erlotinib, Lapatinib, TGF, Trastuzumab,
Inhibiteur de VEGF : Avastin-Bevacizumab, Vatalanib,
Inhibiteur de PDGF : Glivec-Imatinib.
Un couple très tendance, Temodal et Glivec.


Les nouveaux essais cliniques

Parmi les derniers essais cliniques aux Etats-Unis, Bortezomib ou Velcade ou acide boronique en phase I. Bortezomib a donné de bons résultats sur les myélomes.
Bortezomib inhibe le protéasone, diminuant la dégradation des protéines régulant le cycle cellulaire, IkBα, p53 car tant que NKFkB est lié à IkBα, il empêche la division cellulaire. Il faut voir.


Ils nous ont quittés

L’hiver est toujours une saison difficile pour nos patients et cet hiver 2006 l’a confirmé une fois de plus. Le 25 décembre, jour de Noël le papa de Nathalie nous quittait, suivi le 29 de Michel le mari d’Annick, puis le 6 février, le papa de Christel, le 17 Laurent 27 ans, l’ami de Micie, le 16 mars, la maman de Denis et le 19 mars notre petit bout de chou Léa qui n’avait pas encore 3 ans. A Toutes les familles, GFME adresse ses plus sincères condoléances.

Evolution des gliomes
La prise en charge des tumeurs de bas grade avec un pronostic de 5 à 10 ans n’a jamais été clairement définie et souvent laissée à l’appréciation de chacun. Il y a une progression inexorable de ces tumeurs et ce mécanisme est constant. On retrouvera dans ce schéma le parcours que suivra chaque tumeur au fur et à mesure de ses altérations génétiques.

Oligodendrogliomes

On connaît les facteurs pronostics des oligodendrogliomes à la suite d’une étude menée par l’équipe de La Salpêtrière sur 26 oligodendrogliomes, 10 de grade II et 16 anaplasiques. La PFS ou intervalle avant progression dépend des délétions ou perte d’hétérozygocité de 1p, 19q, 10q, PTEN, amplification EGFR. Le meilleur pronostic est obtenu avec délétion 1p, 95 mois, c’est 1 cas sur 2, et le moins bon avec délétion 10q.

L’angiogenèse
La tumeur pour s’approvisionner en sang, crée de nouveaux vaisseaux, c’est l’angiogenèse. Les traitements actuels comme Avastin visent à réduire ou stopper cette formation de nouveaux vaisseaux.

La Formule sanguine NFS
Un bilan sanguin ou NFS ou numération de formule sanguine ou hémogramme est un acte médical fréquent. Les feuilles de résultats d’analyse mentionnent généralement l’intervalle des valeurs normales et affiche un astérisque en cas d’écart. Il y a les globules rouges, ou hématies ou érythrocytes, des cellules sans noyau servant au transport de l’hémoglobine, 1000 fois plus nombreux que les globules blancs on en compte entre 4500 et 5000 milliards par litre. Les globules blancs ou leucocytes, il en existe 3 variétés, les plus nombreux, 50 à 75%, les granulocytes (neutrophiles, éosinophiles et basophiles), puis les lymphocytes de 20 à 40% et enfin les monocytes, moins de 10%. Le nombre de globules blancs est compris entre 4 et 11 milliards par litre de sang.

Les intervalles de la NFS
Globules blancs : 4 000 à 10 000 / mL
Neutrophiles : 1800 à 7500 / mm3
Eosinophiles : < 400 / mm3
Basophiles : < 100 / mm3
Lymphocytes : 1400 à 4000 / mL
Monocytes : 200 à 1000 / mL
Plaquettes : 150 000 à 450 000 / mm3
Hémoglobine : plus de 12 à 13 / mL


Les complications de la chimiothérapie

La chimiothérapie bloque la division cellulaire mais aussi de nombreuses cellules qui produisent les globules rouges ou blancs. L’anémie n’est pas un manque de globules rouges mais de la protéine d’hémoglobine contenue dans le globule rouge qui transporte l’oxygène. Le taux normal d’hémoglobine est de 11g/dl, s’il descend en dessous de 7 une transfusion est nécessaire. Les plaquettes ont un rôle important dans la coagulation du sang, un taux trop faible peut provoquer des hémorragies. Le taux normal est entre 150.000 et 400.000 dans 1 cm3.

La durée de la chimiothérapie

Pendant combien de temps dois-je suivre une chimiothérapie, prendre du Temodal. La réponse est de 2 ans maximum en continu, terme au delà duquel les risques de leucémie sont réels. Aux Etats-Unis plusieurs patients continuent d’en prendre bien au-delà de 2 ans mais c’est une question qui préoccupe beaucoup les patients et leur familles car depuis la radio- chimiothérapie concomitante avec Temodal, quelques patients dépassent aujourd’hui les 2 ans de maladie avec glioblastome et ils ont peur d’une récidive à l’interruption du traitement.

Surface corporelle

La surface corporelle est utilisée depuis très longtemps pour déterminer la dose de chimiothérapie. Plusieurs formules coexistent selon le poids et la taille du patient. La formule la plus utilisée pour des patients dont le poids est compris entre 6 et 93 kg et la taille entre 73 cm et 184 cm est la formule de Dubois. S (m²) = 0,007184 x Taille(cm) puissance 0,725 x Poids(kg) puissance 0,425.Sans calculatrice, on peut utiliser le moteur de recherche Google et en recherche, saisir 0,007184*180^0,725*80^0,425 pour 1,80 m et 80 kg. Le signe puissance s’obtient avec ^ sur la même touche que le ¨ suivi de espace ou d’un autre signe. Ensuite cliquer sur rechercher. Vous devez obtenir 1,99642102 arrondi à 2 sur notre site. Si vous ne trouvez pas le résultat appelez-moi. Google est aussi une calculatrice.
Tout patient qui suit une chimiothérapie doit connaître sa surface corporelle, son dosage. Pour des tailles et des poids en dehors d’1,84m ou de 93 kg il y a d’autres formules.


La cortisone

La cortisone ou glucocorticoïde est simplement du cortisol de synthèse, le cortisol est une hormone produite par deux glandes surrénales situées sur chaque rein sous la commande de l’hypophyse et de l’hypothalamus. La quantité de cortisol produite est contrôlée par l’hypothalamus qui secrète du CRF, stimulant la glande pituitaire ou hypophyse située à la base du cerveau qui secrète ACTH pour libérer le cortisol. On parle de l’axe HHS, hypothalamus, hypophyse, Surrénales. La prise de corticoïdes à un dosage supérieur à la production journalière naturelle suspend hélas, la production endogène de CRF, d’ACTH et donc de cortisol naturel. Il faut en tenir compte pour le sevrage. C’est un anti-inflammatoire puissant qui résorbe l’inflammation, l’oèdème que provoque la tumeur. Il est hélas incontournable sur les tumeurs cérébrales, mais il a plusieurs inconvénients, il augmente la production des sucres par le foie, favorise l’hyperglycémie et l’hyperinsulinisme (diabète), il augmente la destruction protidique (muscles, peau, os), il inhibe la lipogenèse, élève le cholestérol et les triglycérides, augmente l'élimination de l'eau par le rein, la rétention de sel et la perte de potassium et de calcium dans les urines, il inhibe la croissance par action sur le cartilage, arrête la croissance chez l’enfant, favorise les thromboses. En traitement de longue durée on constate la cataracte, l’ostéoporose, la fragilisation de la peau et des veines, l’apparition de bleus, la modification de la répartition des graisses dans le corps pour se concentrer sur la face et sur le tronc, la stimulation de l’appétit, une prise de poids importante si on ne fait pas attention. C’est un excitant, un euphorisant inventé par les américains pour empêcher les soldats de dormir. Il stimule le s ystème nerveux central. La prise de cortisone doit se faire exclusivement le matin, ce qui correspond au pic cortisol, car comme pour de nombreuses hormones, la production a un plus bas nocturne, ce qui explique la recrudescence de tous les processus inflammatoires la nuit (asthme, laryngite, abcès, douleurs articulaires, etc..). La cortisone favorise les infections, accroît l'acidité gastrique pouvant entraîner ou aggraver un ulcère.

Le dosage des corticoïdes

La production de cortisol est en moyenne de 10 à 15 mg/jour ce qui correspond à 20-30 mg d’hydrocortisone ou 5-7,5 mg de prednisone, Medrol ou Solupred. Les manifestations cliniques à l’arrêt ou la réduction du dosage sont la réactivation de la maladie, le retour de l’œdème et l’hémiplégie par exemple, mais aussi la dépression. Un dosage moyen en corticoïde est de 1 mg/kg en Medrol ou Solupred. Nous recommandons de ne prendre les corticoïdes que le matin entre 6heures et 8 heures, lors qu pic cortisol.

Ruta, Calphos et Homéopathie
Quand on a tout essayé et que rien ne marche, nos amis américains se tournent vers le dernier espoir l’homéopathie. Ruta 6, c’est le nom de ces pilules d’homéopathie outre-Atlantique, à compléter par du Calphos, un argile que l’on trouve en Floride. Ruta 6 + Ca3(PO4)2 voila l’équation gagnante pour un bon résultat. Sur Internet, de nombreux forums sur ces médicaments homéopathiques font état d’activités anticancéreuses et de guérisons, ces témoignages et ces preuves sont à prendre avec précaution.

Statut MGMT

Plusieurs études ont été menées sur l’incidence de l’inactivation d’une enzyme de réparation de l’ADN, la MGMT (O(6)-methyl-guanine-DNA methyltransferase) et démontré que les patients ayant une inactivation de l’enzyme étaient particulièrement répondeurs aux traitements. Pour les glioblastomes, on sait que les gens jeunes, bien opéré et complètement ambulatoire après la chirurgie sont ceux qui semblent bénéficier le plus de la radio chimiothérapie concomitante. L’idéal serait de connaître leur statut pour l’activation de l’enzyme MGMT, mais le dosage n’est pas encore disponible en routine. Dans les années à venir, il sera indispensable de développer de nouveaux protocoles expérimentaux en tenant compte des éléments pronostiques déjà identifiés et cela pour chaque sous-type de gliomes.
**************************

Glioblastome Association Michèle Esnault (GFME) Bât A
22 Bd Camille Flammarion
13001 Marseille
Téléphone 04.91.64.55.86 ou
06 82 73 11 84
Adhésion 15 euros. Renouvellement 7,5 euros
CCP Marseille 15.349.73N

Accueil