05/11/2020
GFME actualité 724
Page accueil
Suite
Actualité de la recherche scientifique 724 sur le glioblastome

La mifépristone en tant que traitement potentiel pour réduire l'angiogenèse et la glycoprotéine P associée à la résistance du glioblastome au témozolomide

Actualité 724 du 4 novembre 2020

Actualité précédente 723

Actualité suivante 725

L'original

Auteurs : Monserrat Llaguno-Munive 1 2,  Sebastián León-Zetina 1,  Inés Vazquez-Lopez 1,  María Del Pilar Ramos-Godinez 3,  Luis A Medina 4 5,  Patricia Garcia-Lopez 
1-
Laboratorio de Farmacología, Subdirección de Investigación Básica, Instituto Nacional de Cancerología, Mexico, Mexique.
2-Posgrado en Ciencias Biomédicas, Universidad Nacional Autónoma de México, Mexico, Mexique.
3-Departamento de Patología Quirúrgica, Instituto Nacional de Cancerología, Mexico, Mexique.
4-Unidad de Investigación Biomédica en Cáncer INCan-UNAM, Instituto Nacional de Cancerología, Mexico, Mexique.
5-Instituto de Física, Universidad Nacional Autónoma de México, Coyoacán, Mexico, Mexique.

Résumé

Le glioblastome, la tumeur primitive du système nerveux central la plus courante, se caractérise par une néoformation vasculaire étendue et une zone de nécrose générée par une prolifération rapide. Le traitement standard pour ce type de tumeur est la chirurgie suivie d'une chimiothérapie à base de témozolomide et de radiothérapie, entraînant une faible survie des patients. Le glioblastome est connu pour sa forte résistance au traitement, ses récidives fréquentes et sa progression rapide. Le but de cette étude était d'évaluer si la mifépristone, un agent antihormonal, peut renforcer l'effet du témozolomide sur les cellules de gliome C6 implantées de manière orthotopique chez des rats Wistar. Les niveaux du facteur de croissance endothélial vasculaire (VEGF) et de la glycoprotéine P (P-gp) ont été examinés, le premier étant un promoteur de l'angiogenèse qui facilite la prolifération, et ce dernier un transporteur de pompe à efflux lié à la résistance aux médicaments. Après un traitement de 3 semaines, le régime mifépristone / témozolomide avait diminué le niveau de VEGF et de P-gp et considérablement réduit la prolifération tumorale (détectée par des images TEP / CT basées sur l'absorption de 18F-fluorothymidine). De plus, la mifépristone s'est avérée augmenter la concentration intracérébrale de témozolomide. Le niveau inférieur de O6-méthylguanine-ADN-méthyltransférase (MGMT) (lié à la réparation de l'ADN dans les tumeurs) précédemment rapporté pour ce traitement combiné a été confirmé ici. Cependant, après la fin du traitement par mifépristone / témozolomide, les valeurs de VEGF, de P-gp et de MGMT ont augmenté et ont atteint les niveaux de contrôle 14 semaines après le traitement. Il y a également eu une récidive tumorale, comme cela s'est produit lors de l'administration du témozolomide seul. D'autre part,


Pubmed : 331234485

Mots clés :  P-gp ; angiogenèse ; résistance aux médicaments ; glioblastome ; la mifépristone ; témozolomide.

Vocabulaire :
Mifepristone

La mifépristone est un dérivé de la noréthindrone dont la structure est très proche de la progestérone mais qui possède un cycle substitué en 11ß (fig. 1). Cette molécule synthétisée pour la première fois en 1980 par l'équipe française de Roussel-Uclaf sous la direction du Dr Etienne Emile Beaulieu a d'abord été étudiée pour son action antiglucocorticoïde. Rapidement, la grande affinité de cette molécule pour les récepteurs de la progestérone et son action antiprogestative puissante en ont fait une molécule de choix dans le domaine de l'induction des interruptions de grossesse et de la contraception post-coïtale.

Les effets secondaires de la mifépristone sont principalement représentés par des métrorragies et des troubles gastro-intestinaux (nausées, vomissements et diarrhées). Plus rarement, on observe des céphalées, des bouffées de chaleur, de la fièvre, des rash cutanés et des hypotensions.

Progesterone
Troubles du sommeil, maux de tête, sautes d’humeurs, hyperactivité, douleurs aux seins pendant les menstruations, syndrome prémenstruel, prise de poids, « rage de chocolat »… la déficience en progestérone provoque bien des symptômes incommodants chez la femme. Elle peut être causée par un stress intense et chronique qui augmente la production du cortisol au détriment de la progestérone, par des maladies comme le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), l’anovulation, des niveaux d’hormone lutéinisante anormalement bas, l’hypothyroïdie ou encore un excès de prolactine. La carence en progestérone pourra être contrée par un traitement de substitution avec des hormones de synthèse ou par un apport naturel avec la consommation de certains aliments qui contiennent des précurseurs de la progestérone.

Page accueil