24/09/2017
GFME, maladie

Accueil
Suite
Les gliomes de bas grade (grade II, ne prennent pas le contraste)

Gliome de bas grade

Les gliomes de bas grade (grade II) sont souvent situés à cet endroit, frontal ou fronto-pariétal gauche, le cervelet est bien distinct en bas à droite

Des gliomes souvent asymptomatiques et ne prenant pas le contraste
A la différence des gliomes malins (grades III et IV), les gliomes de bas grade n'ont pas de caractéristiques malignes comme la prise de contraste. La localisation la plus fréquente, l'intervalle entre les zones de langage Broca et Vernicke, frontale et fronto-pariétale, hémisphère gauche, car on parle avec cet hémisphère. Les tumeurs de bas grade peuvent rester asymptomatiques pendant de très nombreuses années.

Une analyse mutationnelle révèle l'origine et la conduite de la thérapie des gliomes de bas grade récurrents. Traitement en essai TMZ + Everolimus pour différer la transformaton maligne

GFME 15/01/2014 n°462
Les gliomes récurrents traités avec le temozolomide ont des mutations génétiques amplifiées sur celles des gliomes d'origine et UCSF démontre que l'utilisation du temodal sur les bas grades peut conduire à la transformation maligne. Essai clinique avec Temozolomide + Everolimus

Article original
Résumé 
Des tumeurs connues comme les gliomes de bas grade peuvent traités par la chirurgie et quelquefois en combinaison avec une chimiothérapie et/ou une radiothérapie, avec quelques malades qui vivent des décennies après le traitement. Mais parce que ces tumeurs infiltrent le tissu du cerveau sain, il est très difficile de les enlever complètement, et la plupart du temps, les gliomes récidivent au même site dans le cerveau, et dans quelques cas plusieurs années après la chirurgie. 
Une équipe de scientifiques d'UC San Francisco a découvert que ces gliomes récurrents peuvent avoir des profils génétiques qui sont d'une façon marquée très différent de ceux des tumeurs initiales, et a montré que ces différences étaient considérablement amplifiées quand un médicament usuel de chimiothérapie, le temozolomide était employé pour soigner les tumeurs initiales. 

Le nouveau travail, publié en ligne dans ExpressScience du 12 décembre 2013 peut inciter à revoir les approches thérapeutiques des gliomes selon le profil génétique des tumeurs, et aussi discuter sur l'usage judicieux du temozolomide (TMZ), la chimiothérapie utilisée le plus souvent dans les cas de gliome a précisé l'équipe. Les conclusions sur le temozolomide TMZ ont incité au lancement d'un essai clinique, TMZ + Everolimus qui devrait commencer à UCSF dans le début de l'année 2014 pour explorer l'usage d'un médicament Everolimus qui bloquerait les effets nuisibles du temozolomide TMZ de la voie AKT-mTOR. 
Dans les thérapies du cancer, on utilise de plus en plus les caractéristiques génétiques de la tumeur d'un malade pour personnaliser le traitement. Mais si la récidive de la tumeur a un profil génétique différent de la tumeur initiale, en utilisant seulement le profil génétique de la tumeur initiale comme guide, on peut rater la cible a précisé les Dr Osney Brownstein, Joseph F. Costello, Doctorat, professeur, et Karen Chaise, chirurgie neurologique, co-auteurs de la nouvelle recherche avec Barry S. Taylor, Doctorat, professeur auxiliaire d'épidémiologie et biostatistiques.
Les disparités génétiques dans les tumeurs récurrentes peuvent être sources d'inquiétudes particulière quand les malades avec gliome ont été traités avec le Temozolomide TMZ, a précisé le Dr. Costello. Dans plus de la moitié des cas des malades traités par le temozolomide TMZ, la récidive avait pris un chemin évolutif alternatif, en transformant un gliome de bas grade et glioblastome très malin. Quelques malades avec un gliome de bas grade peuvent vivre des décennies après traitement, mais avec un glioblastome qui est presque toujours fatal, la survie médiane n'est que de 12 à 15 mois. 
L'histoire naturelle des gliomes de bas grade est qu'ils progresseront, et avec le temps progresseront à un plus haut grade a précisé le Dr. Kan Endowed Pâlot et Susan Chang, MD, professeur de chirurgie neurologique et directeur de la Division d'UCSF de Neuro-Oncologie. C'est un défi qui se négocie avec les malades parce que c'est dans la nature de ces tumeurs de récidiver. 
Pour mieux comprendre quels sont les changements génétiques qui entrainent les gliomes de bas grade à subir la transformation maligne en glioblastome, l'équipe va se joindre à des chercheurs de l'Université de Tokyo pour rassembler 2 par 2, les tissus de tumeur initialme et ceux à la récidive de 23 malades qui ont subi une 2ème chirurgie à la récidive. Conduit en premier par des étudiants de 2ème cycle et les co auteurs Brett E. Johnson et Tali Mazor, le groupe de chercheurs a réalisé l'analyse génomique de chaque échantillon.
La recherche antérieure a montré que les tumeurs évoluent continuellement, en accumulant des mutations supplémentaires en s'adaptant et en se développant pour changer les conditions physiologiques. Normalement cette évolution est clonale, comme les métastases des tumeurs qui se développent dans une autre partie du corps, elles portent pour la plupart la signature génétique de la tumeur initiale. 
Mais dans la nouvelle étude, les auteurs ont été surpris de découvrir que, bien que les gliomes récurrents puissent être en rapport avec la tumeur initiale, les nouvelles tumeurs ne partagent que la moitié seulement des mutations du gliome original. Ceci est assez différent des métastases a précisé le Dr. Costello et c'est souvent un retour local, et non à distance, typiquement dans les 2 centimètres autour du site de la tumeur originale. 
Les auteurs supposent que ces différences surviennent parce qu'un petit nombre de cellules résiduelles des premières étapes du gliome a accumulé un grand nombre de mutations après la chirurgie et ensemencé les tumeurs récurrentes qui peuvent émerger plusieurs années plus tard. Comme le gliome récurrent grandit, il retient des mutations de ces graines, mais suit son propre chemin évolutif et acquiert son propre ensemble distinctif de mutations. 
En dépit des différences génétiques inattendues dans les gliomes périodique, ils ressemblent sous le microscope aux tumeurs initiales dans beaucoup de cas et avaient un pronostic semblable. Mais dans 6/10 cas étudiés dans lesquels les gliomes initiaux avaient été enlevés et les malades traités alors avec le temozolomide TMZ, la tumeur récurrente a montré des signes d'hypermutation et a subi la transformation maligne en glioblastome. 
Il y avait de 20 à 50% d'augmentation dans le nombre des mutations, a précisé le Dr. Costello. Un malade qui avait subi la chirurgie seulement et qui avait 50 mutations dans la tumeur initiale en avait 60 à la récidive. Mais les malades qui ont reçu le temozolomide TMZ peuvent pouvaient en avoir 2.000 mutations à la récidive. 
Pour le Dr. Mitchel S. Berger, MD, professeur, l'équipe a établi que presque toutes ces mutations ont porté une signature génétique qui indique un dégat causé par le temozolomide TMZ. En outre, ils ont montré que ces mutations conduisent à la malignité en activant un chemin connu comme AKT-mTOR. 
Fort de cette dernière découverte, le Dr. Daphne A. Haas-Kogan, MD, professeur d'oncologie de la radiation et de chirurgie neurologique, et Jennifer Clarke, MD, professeur auxiliaire de neurologie et chirurgie neurologique, se sont associés pour le lancement d'un essai clinique d'everolimus, un médicament Novartis approuvé par la FDA qui bloque le chemin du mTOR. L'essai testera l'efficacité de l'inhibition du mTOR dans le traitement des gliomes de bas grade récemment diagnostiqués et attend de commencer en début d'année 2014. 
Maintenant que nous avons compris les effets du temozolomise TMZ, nous voulons tester si nous pouvons différer ou prévenir la transformation maligne chez les malades traités avec le Temozolomide a précisé le Dr. HaasKogan. Les malades amasseraient ainsi l'avantage du temozolomide TMZ, mais avec l'addition de l'inhibiteur de mTOR le chemin qui a pu être activé à effet nuisible serait bloqué. Le raisonnement pour la combinaison TMZ + Everolimus sort directement de ce nouveau travail aussi bien que d'un essai prometteur à UCSF d'everolimus pour les gliomes de bas grade récurrent. 
Cette sorte de croisement dans lequel la recherche de base inspire des essais cliniques directement est tout à fait remarquable a précisé le Dr. Chang. La beauté de ce nouveau travail est qu'une analyse génomique de premier plan, va conduire a une étude clinique qui aura un impact énorme pour nos malades.

La radiothérapie précoce ou retardée sur les tumeurs de bas grade, aucune influence sur la survie globale
26 août 2005
La radiothérapie précoce améliore la survie sans progression des tumeurs cérébrales de bas grade (grade II) mais n'améliore pas la survie globale (moyenne 7 ans). Selon un article récent publié dans le bistouri, la radiothérapie qui suit immédiatement la chirurgie améliore la survie sans progression comparée à la radiothérapie retardée chez les patients avec des tumeurs de croissance lente (grade II). Mais la radiothérapie, cependant, n'améliore pas la survie globale des patients. EORTC a conduit une épreuve clinique pour comparer la radiothérapie tôt et retardée sur des patients avec des tumeurs de bas grade. Cette épreuve a inclus 314 patients avec des tumeurs de bas grade qui ont été traités dans 24 centres médicaux en Europe. Tous les patients ont été traités avec la chirurgie et ont ensuite reçu la radiothérapie, précoce pour 157 patients et retardée pour 157 patients. Les patients traités avec la radiothérapie précoce n'ont eu aucune progression de la maladie pendant une moyenne de 5 ans, alors que le groupe traité avec la radiothérapie retardée a eu la progression après seulement 3 ans en moyenne. Cependant, la survie globale moyenne n'était pas différente entre les deux groupes (approximativement 7 ans).
Source


La chirurgie éveillée sur des gliomes de bas grade dans l’hémisphère gauche pour une résection supra-totale .
Pr. Hugues Duffau, Yordanka N. Dr. Yordanova, Sylvie Moritz-Gasser, Département de Neurochirurgie et de Neuroanesthésie, INSERM U1051,  Hôpital Gui de Chauliac, CHRU de Montpellier, Montpellier, Hôpital Saint Eloi, Montpellier, France.
Tel. : 04 67 33 66 12 ; Fax : 04 67 33 69 12 
Email:

Journal of Neurosurgery, août 2011, volume 115-2, 232-239
Source
Résumé :
Il a été démontré qu'une résection étendue (totale ou totale partiel) peut augmenter considérablement la survie totale chez les malades avec gliome de bas grade (grade II). Cependant, des données récentes ont montré  que les IRMs  conventionnel sous-estiment l'ampleur spatiale des gliomes de bas grade car des cellules tumorales ont été retrouvées jusqu'à 20 mm  autour de la région tumorale définie sur IRM. Il a été donc supposé qu'une résection étendue avec une marge au-delà de l’image de la tumeur, dite supratotale améliore le résultat de survie des gliomes. Cependant, s’il est particulièrement difficile dans l’hémisphère gauche dominant, un emplacement fréquent des bas grades, de réaliser une résection supratotale, il est possible d’accomplir dans certaines localisations non fonctionnelles une telle résection supratotale. Les auteurs rapportent leur expérience de la chirurgie d’éveil  avec projection topographique électrique pour réaliser des résections larges, bien au-delà des limites de la tumeur sur IRM. Le but est d’appliquer une technique chirurgicale fiable aux tumeurs de bas grade et éviter les régions fonctionnelles.
Méthodes :
15 malades droitiers sur un total de 17 tumeurs ont subi la résection d’un gliome de grade II impliquant des régions non fonctionnelles dans l’hémisphère gauche dominant. Chez les 17 malades, les crises d’épilepsie était le symptôme initial de la tumeur. La chirurgie éveillée avec électro-stimulation intraopérative a été exécutée dans tous les cas. La résection a été prolongée  jusqu'à ce que le chirurgien ait atteint la zone corticale (écorce)  et les régions du subcorticales cruciales pour les fonctionnalités  du cerveau, surtout le  langage comme défini par la projection topographique électrique intraopérative. L'ampleur de résection a été évaluée sur IRM FLAIR postopératoire .
Résultats :
En dépit de déficits neurologiques transitoires dans 60% des cas, tous les malades se sont remis et sont revenus à une vie normale.  Le contrôle des crises d’épilepsie  a été obtenu chez  tous les malades avec une réduction dans la prise de médicaments anti-épileptiques. Les IRMs postopératoires ont montré que la résection totale avait été accomplie pour les 17 tumeurs et la résection supratotale pour  15. Le volume moyen  de la cavité postopératoire (36,8 cm3) était considérablement plus grand que le volume de la tumeur préopérative moyen (26,6 cm3). L’examen neuropathologique a confirmé dans tous les cas le diagnostic de gliome de bas grade (grade II). La moyenne  de suivi postopératoire était de 35,7 mois (gamme 6–135 mois). Seulement 4 des 15 malades ont connu une récidive sans transformation anaplasique. Le temps moyen à récidive était de 38 mois. La  radiothérapie  a été exécutée 6 ans  après la rechute dans 1 cas. Aucun autre malade n'a reçu de traitement  adjuvant. Cette série a été  comparée avec un groupe témoin de 29 malades qui avaient “seulement” une résection complète. La transformation anaplasique  était  observé chez  7/29 cas dans le groupe témoin mais aucunement dans la série de malades avec résection  supra totale  (au-delà de la limite IRM). En outre,  dans ce groupe témoin, un traitement adjuvant a été administré  à 10/29 malades du groupe témoin  contre 1 seul malade ayant subi la résection supra totale.
Conclusions :
Ces conclusions supportent l'utilité de la chirurgie éveillée avec tomographie par stimulation électrique intraopérative par la parole afin de dresser, avec précision, une carte et  tenter la  résection la plus totale possible des gliomes de bas grade qui impliquent des régions non fonctionnelles de l’hémisphère gauche. En effet, l'ampleur de résection a été augmentée considérablement dans tous les cas et pour 2, sans déficit supplémentaire permanent, avec un meilleur contrôle des crises d’épilepsie chez tous les malades. Le but de la résection supra totale est actuellement de différer le passage en anaplasie, même s’il ne s’agit pas d’une guérison.

Des gliomes à évolution lente
Les gliomes de bas grade ou grade II ne sont ni des tumeurs bénignes ni des tumeurs malignes mais des tumeurs en évolution constante vers la malignité dans une fourchette de 1 à 20 ans. Ce sont des tumeurs indolentes mais agressives.

Diagnostic et évolution
Les tumeurs de bas grade peuvent rester inconnues sans donner de signes cliniques pendant de nombreuses années. Les tumeurs peuvent évoluer entre 1 et 8 mm chaque année.

La thérapie des gliomes de bas grade
La thérapie a évolué considérablement depuis quelques années. Une nouvelle molécule, une chimiothérapie alkylante de Temodal permet d'obtenir des résultats exceptionnels mais qui en raison de la résistance de la tumeur sont difficiles à stabiliser. La radiothérapie et la chimiothérapie sont de peu d'effet sur des tumeurs à faible progression et leur prescription fait l'objet de débats et d'essais cliniques.

La chirurgie des gliomes de bas grade
La chirurgie lorsqu'elle est possible et lorsqu'elle peut être complète est le traitement à privilégier. Un entretien préalable avec le neurochirurgien sur la possibilité d'une exérèse complète devra être effectué au préalable. Sur une série statistique de 201 patients de Bruxelles avec gliome de bas grade, il n'a été constaté un avantage de survie qu'aux seuls bas grades ayant eu une résection complète. La résection partielle ne donne aucun avantage de survie.

Le pronostic dépend beaucoup de MIB-1
Sur une étude américaine publiée à l'ASCO en 2005, sur 139 cas, 95 oligodendrogliomes (O) de bas grade et 44 oligo-astrocytomes (OA) de bas grade, pour des patients d'âge médian 39 ans pour O et 34 ans pour OA, il n'y avait pas de différence majeure de survie entre les O (9,5 ans) et les OA (10,7 ans). La survie dépendait beaucoup de MIB-1 au diagnostic, 9,5 ans si plus petit que 5 comparé à 4,2 ans pour ceux avec MIB-1 >5%. La délétion de 1p a correspondu a une meilleure survie. Aucun avantage, par contre pour la double délétion 1p/19q. Si pas la délétion 1p, survie de 6,9 ans. 52 malades (37%) ont reçu un traitement au diagnostic, 31 la radiothérapie, 10 la chimiothérapie, et 11 la thérapie combinée radio et chimio. La survie améliorée n'a pas correspondu avec le traitement au diagnostic.
Source

Rôle de l'ampleur de la résection dans le résultat à long terme des gliomes de bas grade
Département de Chirurgie Neurologique, Centre de Recherche des tumeurs de Cerveau, Université de Californie, San Francisco, CA,
Le rôle pronostique de l'ampleur de la résection (EOR) des gliomes de bas grade (LGGs) est très controversé. Nous avons conçu une étude rétrospective pour répartir l'influence d'EOR sur résultats à long terme de LGGs.
Malades et Méthodes :
216 patients adultes ont subi une résection initiale d'un gliome de bas grade, LGG hémisphérique. Les volumes retirées ont été analysés par IRM Flair.
Résultats :
Le volume préopératoire médian était de 36,6 cm3 (0,7-246,1 cm3) et le volume postopératoire médian de 3,7 cm3 (0-197,8 cm3), ce qui fait une amplitude de résection EOR de 88% (5%-100%). Il n'y a eu aucune mortalité chirurgicale. Des déficits postopératoires ont été observés chez 36/216 malades (17%). Il y avait, après un suivi de 4,4 années, 34/216 morts (16%). La progression et l'évolution maligne a été observée chez 95/216 patients (44%) et 44/216 patients (20%), respectivement. Les malades avec au moins 90% de résection EOR atteignant la survie totale de 5 et 8 ans étaient de 97% et 91% respectivement alors que les malades avec moins de 90% de résection EOR dépassaient la survie totale de 5 et 8 ans dans 76% et 60% des cas. Après l'ajustement de l'âge, du KPS, Karnofsky performance score, de l'emplacement de la tumeur, la survie totale a été prédite par l'ampleur de la résection. La survie sans progression a été prédite par les volumes de la tumeur préopératoire et postopératoire, et la survie sans progression maligne a été prédite par EOR et le volume de la tumeur préopératoire. En conclusion, les résultats chez les malades avec gliome de bas grade sont améliorés par l'ampleur de la résection.

Localisation des gliomes de bas grade
Deux grandes régions de localisation, l'aire motrice supplémentaire, SMA, une région frontale, frontalière avec le lobe pariétal et l'Insula (paralimbic) entre le lobe frontal et temporal, une région que l'on soupçonne d'être à l'origine de l'adduction au tabac.

Locus Total % G % D %
Frontal 65 49% 40 61% 25 39%
Pariétal 12 9% 6 50% 6 50%
Temporal 13 10% 10 77% 3 23%
Par-T-Oc 8 6% 7 87%
1
13%
Occipital 1 1% 1 100%
0
0%
Insula 33 25% 8 24% 25 76%
Total 132 100% 72 55% 60 45%

G: gauche, D : droit,
Source : Preferential brain locations of low-grade gliomas
2004, Pr Hugues Duffaut neuro-chirurgien CHU Guy de Chauliac à Montpellier et Dr Laurent Capelle La Salpêtrière à Paris

Bas grade

Bas grade dans l'insula

 

 

L'évolution des tumeurs de bas grade
L'astrocytome de grade II dit de bas degré de malignité

Histologie : grade II focal ou infiltratif lobe frontal ou temporal
Importance : 1/8 des astrocytomes
Âge de survenue : entre 20 et 45 ans, prédominance masculine.
Localisation : substance blanche, parfois cortex. Les cellules migrent le long des fibres de la substance blanche.
Pronostic : évolution inexorable vers grade III (1 cas sur 2) ou grade IV (1 cas sur 2) dans un délai qui varie de 1 à 10 ans (moyenne de 4-5 ans selon les séries).
Imagerie : T1 hypointense (sombre) et T2 hyperintense (brillant), pas de rehaussement.
Atypies : Cellules bien différenciées, peu d'atypie, de mitose, calcifications, cavités kystiques, rarement hémorragique.
Evolution Génétique
Olig2 exprimé 100%
P53 muté : >65%
PDGFA/PDGFR surexprimé : 60%
↓↓↓↓↓
Astrocytome de bas grade II (5—10 ans)
LOH 19q : 50%
RB muté : -25%
 CDK4 amplifié : 15%
MDM2  surexprimé :10%
P16lnk4a/P14ARF perdu : 4%
LOH 11p : 30%

↓↓↓↓
Astrocytome anaplasique III (2—3 ans)
Perde d’homozygocité LOH 10q : 70%
DCC perdu : 50%
PDGFR-α amplifié : 10%
PTEN muté : 10%
P13K muté/amplifié : 10%
↓↓↓↓
Glioblastome secondaire IV (12-15 mois)

Bas grade et grossesse
WFNO 2009 - 3ème meeting quadriennal de la fédération mondiale de Neuro-oncologie, WFNO qui a eu lieu à Yokohama au Japon les 11-14 mai 2009.
La grossesse augmente la vitesse de croissance des tumeurs de bas grade chez les 3/4 des patients. C'est ce qui ressort d'une étude ANOCEF à postériori auprès de jeunes patientes d'après les IRMs. 12 patientes ayant eu une grossesse avec une tumeur de bas grade, et 2 avec un gliome anaplasique de grade III ont été examinées. La vitesse de croissance du diamètre moyen était de 3,4 mm/an avant la grossesse. Durant la grossesse, il a été observé une croissance de la vitesse de progression dans 10/14 cas soit 71,45% et une stabilisation chez 4/14 (28,5%). La médiane annuelle de croissance en cas de progression était de 5,8 mm/an comparé aux 3,4mm (+70,5%) avant la grossesse. Ces résultats suggèrent un possible impact négatif de la grossesse sur l’évolution des bas grades. Les auteurs restent toutefois prudents en raison du petit nombre de l'échantillon. L'information de cette étude doit être donnée aux jeunes patients en âge d'avoir des enfants.

Épilepsie, bas grade et Temodal
80% des malades avec des gliomes de bas grade sont sujets à des crises d'épilepsie et la majorité des malades sont traités par anticonvulsiant unique. Cependant, beaucoup de malades exigent plusieurs antiépileptiques. Pour les gliomes de bas grade, quelques rapports suggèrent une association entre la prise de Temodal (temozolomide) et la réduction des fréquences de crises. L'Université de Virginia a examiné 39 malades avec temozolomide en les comparant à 30 malades d'un groupe contrôle sans temozolomide. Age médian au diagnostic de 46 ans pour la cohorte temozolomide et 41,5 ans pour le groupe contrôle. Il y avait une différence considérable dans la fréquence des crises entre les malades prenant temozolomide (-59%) et ceux qui n'en prenaient pas (-13%). 7 malades (18%) du groupe temozolomide ont constaté une amélioration indépendamment de l'ajustement de l'antiépileptique comparé à aucun dans le groupe contrôle. Les données suggèrent qu'un sous-ensemble de malades avec gliome de bas grade éprouve une amélioration dans la fréquence des crises avec le Temodal. Les crises d'épilepsie des malades avec gliomes de bas grade peuvent être mieux contrôlées avec la combinaison d'antiépileptiques et de temozolomide.
Pubmed 21235313 du 14/01/2011

La curiethérapie à l’iode 125 dans le traitement des gliomes de bas grade de l’enfant.
La prise en charge habituelle des gliomes de bas grade de l’enfant est complexe et repose sur l’exérèse chirurgicale lorsqu’elle est techniquement possible et dans le cas contraire la chimiothérapie et l’irradiation locale. Celle-ci est source de séquelles en raison de l’irradiation du parenchyme cérébral sain chez de jeunes enfants et de nombreuses techniques sont développées afin de limiter ce risque (IMRT, proton thérapie, cyberknife...). L’objectif principal de la chimiothérapie est de limiter la croissance tumorale et de retarder le moment ou l’irradiation sera nécessaire. Une étude allemande publiée en novembre dans JCO rapporte l’intérêt d’une curiethérapie par implantation intra tumorale de grain d’iode radioactif (125I) par stéréotaxie. Ils ont traité ainsi 160 patients entre 1982 et 2009 et rapportent leurs résultats pour 147 (dont 32 âgés de moins de 5 ans). Les critères d’inclusion étaient un score de Karnoski supérieur à 60, une tumeur bien délimitée, en progression et de diamètre inférieur à 50mm avant 1995 et à 40 mm après. L’implantation des grains d’iode se fait sous stéréotaxie et une moyenne de 3 grains (1 à 11) a été implantée. La dose administrée était de 65Gy (50Gy en cas d’irradiation préalable). Les grains d’iode étaient laissés en place et délivraient la dose prévue sur une période de 9 mois. Les résultats sont intéressants avec une très faible morbidité de la technique et aucun décès péri opératoire. La survie sans progression et la survie globale à 5 et 10 ans sont respectivement de 92% et 74% (PFS) et de 93% et 82% (OS). Le suivi médian est de 67,1 mois et l’évaluation radiologique la plus récente montre une rémission complète pour 35 patients (24,6%), une rémission partielle pour 44 (33,0%), une maladie stable pour 42 (29,6%) et une récidive pour 21 (14,8%). Une amélioration neurologique est notée pour 57,8% des malades, alors que leur état neurologique est inchangé pour 23% et s’est aggravé pour 3%. 
En conclusion cette technique, non disponible en France actuellement, semble intéressante car permet une irradiation plus précoce de ces malades car elle épargne le parenchyme cérébral sain. La mortalité et la morbidité sont faibles. Les auteurs insistent sur le fait qu’elle permet d’éviter une chimiothérapie « d’attente ». Une comparaison de cette technique avec les autres nouvelles techniques d’irradiation (IMRT, cyberknife, protons) ainsi qu’une évaluation neuropsychologique à long terme des patients en fonction des traitements administrés semblent nécessaires avant de conclure définitivement sur le meilleur choix thérapeutique dans cette maladie
France Cancer revue de Presse n°86 du 30 janvier 2012

Les données américaines de survie


Page générale