21/09/2017
GFME
, thérapies

Accueil
Suite
Les corticoïdes, la cortisone, Solupred, Medrol, Dexaméthazone


Hydrothérapie

Le liquide céphalo-rachidien dilate les ventricules (en bleu), comprime les hémisphères (en vert). La pose de dérivations peut s'avérer indispensable en plus de la cortisone.

Le remplaçant de la cortisone, Xérécept
Comme tous les remplaçants il n'a pas les qualités des titulaires habituels, les corticoïdes. Mais on peut en remplacer une partie. On essaie de trouver le bon dosage. Actuellement aux Etats-Unis, le corticoïde phare, c'est le Dexaméthasone 5 fois plus puissant que notre Médrol et 4 fois plus que Solupred et on voit de plus en plus apparaître le Cortivazol. Le dosage habituel est de 3, 6 ou 9 mg de dexaméthazone soit 16, 32 ou 48 mg de notre Médrol. On essaie actuellement de substituer progressivement mg par mg du Xérecept au Dexaméthasone, ce n'est pas aussi simple que cela paraissait. Toujours en essai en 2013.

La cortisone, les facteurs multiplicatifs
Médicament Activité Anti-inflammatoire
Hydrocortisone
1
Cortisone
0.8
Solupred
4
Médrol
5
Triamcinolone
5
Bétaméthasone
25
Dexaméthasone
25
Cortivazol
60

Exemple Médrol 16mg = 80 mg hydrocortisone
Solupred 20mg=80 mg hydrocortisone
Dexaméthazone 3,2mg=80mg hydrocortisone
Cortivazol 1,3mg =78 mg hydrocortisone
Ces quatre dosages sont donc équivalents.

Le médicament le plus prescrit
La cortisone est probablement le médicament le plus prescrit aux patients atteints d'une tumeur cérébrale. La plupart des patients se verront prescrire ce médicament à un moment ou à un autre au cours de leur traitement. En effet les tumeurs cérébrales provoquent des anomalies dans les tissus environnants, compression ou infiltration qui s'accompagne d'un œdème. La cortisone agit en diminuant la diffusion du liquide à travers les vaisseaux sanguins anormaux de la tumeur et en réduisant l'enflure des tissus normaux. Les patients prenant de l'Avastin ou tout autre médicament anti-angiogénique ayant le même effet verront leur dosage de cortisone réduit.

Le dosage des corticoïdes
La production de cortisol est en moyenne de 10 à 15 mg/jour ce qui correspond à 20-30 mg d’hydrocortisone ou 5-7,5 mg de prednisone, Medrol ou Solupred. Les manifestations cliniques à l’arrêt ou la réduction du dosage sont la réactivation de la maladie, le retour de l’œdème et l’hémiplégie par exemple, mais aussi la dépression. Un dosage moyen en corticoïde est de 1 mg/kg en Medrol ou Solupred. Nous recommandons de ne prendre les corticoïdes que le matin entre 6 heures et 8 heures, lors du pic cortisol.

Anti-inflammatoire puissant.
La cortisone est un puissant anti-inflammatoire mais il y a plus fort (dexaméthazone). Il appartient à la famille des corticostéroïdes ou stéroïdes que le corps produit naturellement par les glandes surrénales. Pendant le traitement l'activité des glandes surrénales est réduite. On l'administre au moment du diagnostic, après la chirurgie pour réduire le gonflement causé par l'opération ou pour éviter les oedèmes pendant la radiothérapie, il faut surtout en prendre et le plus régulièrement possible. Il ne jamais l'arrêter brutalement mais graduellement. Le Medrol ou le Solupred (soluble) sont les plus souvent utilisés à des doses allant de 30 à 100 mg. La cortisone se prend le matin.

Irritant pour l'estomac
La cortisone peut être irritante pour l'estomac, c'est pourquoi elle doit être associée à du Potassium, Diffu K gélules de 600 mg, ou Kaléorid LP(Chlorure de potassium, libération prolongée), comprimés de 600 mg ou 1000 mg, boîte de 30, en 2 ou 3 prises à la fin des repas, ainsi qu'à du Mopral ou de l'Azantac pour prévenir les ulcères de l'estomac. Il est préférable d'éviter les médicaments qui irritent l'estomac comme l'aspirine.

La cortisone
La cortisone ou glucocorticoïde est simplement du cortisol de synthèse, le cortisol est une hormone produite par deux glandes surrénales situées sur chaque rein sous la commande de l’hypophyse et de l’hypothalamus. La quantité de cortisol produite est contrôlée par l’hypothalamus qui secrète du CRF, stimulant la glande pituitaire ou hypophyse située à la base du cerveau qui secrète ACTH pour libérer le cortisol. On parle de l’axe HHS, hypothalamus, hypophyse, Surrénales. La prise de corticoïdes à un dosage supérieur à la production journalière naturelle suspend hélas, la production endogène de CRF, d’ACTH et donc de cortisol naturel. Il faut en tenir compte pour le sevrage. C’est un anti-inflammatoire puissant qui résorbe l’inflammation, l’oèdème que provoque la tumeur. Il est hélas incontournable sur beaucoup de tumeurs cérébrales, mais il a aussi plusieurs inconvénients à long terme. Il augmente la production des sucres par le foie, favorise l’hyperglycémie et l’hyperinsulinisme (diabète), il augmente la destruction protidique (muscles, peau, os), il inhibe la lipogenèse, élève le cholestérol et les triglycérides, augmente l'élimination de l'eau par le rein, la rétention de sel et la perte de potassium et de calcium dans les urines, il inhibe la croissance par action sur le cartilage, arrête la croissance chez l’enfant, favorise les thromboses. En traitement de longue durée on constate la cataracte, l’ostéoporose, la fragilisation de la peau et des veines, l’apparition de bleus, la modification de la répartition des graisses dans le corps pour se concentrer sur la face et sur le tronc, la stimulation de l’appétit, une prise de poids importante si on ne fait pas attention. C’est un excitant, un euphorisant inventé par les américains pour empêcher les soldats de dormir. Il stimule le système nerveux central. La prise de cortisone doit se faire exclusivement le matin, ce qui correspond au pic cortisol, car comme pour de nombreuses hormones, la production a un plus bas nocturne, ce qui explique la recrudescence de tous les processus inflammatoires la nuit (asthme, laryngite, abcès, douleurs articulaires, etc..). La cortisone favorise les infections, accroît l'acidité gastrique pouvant entraîner ou aggraver un ulcère.

Les effets secondaires des corticoïdes
Parmi les effets secondaires, il est possible de constater une excitation et des troubles du sommeil, un gonflement du visage, une faiblesse des membres inférieurs, un gain d'appétit. Le Medrol (4mg, 16mg ou 100mg) est le médicament le plus souvent administré car bien toléré.On devra suivre un régime sans sel.

Un médicament nécessaire
La cortisone est un médicament nécessaire et utile dans le traitement des tumeurs cérébrales, surtout les plus profondes. Les sevrages devront être très progressifs et s'étaler sur plusieurs semaines.

Les améliorations

La prise de cortisone doit entraîner une amélioration, des cellules comprimées ou étouffées par les cellules cancéreuses pouvant retrouver leur activité.


Page générale